Premier tour de la présidentielle française

Macron à 23,75 %,Le Pen à 21,53 % : ils sont qualifiés au deuxième tour-Fillon à 19,94 % et Mélenchon à 19,62 %,

Publié le 23 avr 2017 - 21:03 | Auteur: La rédaction | Actualités

Les résultats définitifs officiels sont tombés au petit matin : Emmanuel Macron obtient 23,75 % des voix, devant Marine Le Pen, 21,53 %. Suivez en direct sur notre liveblog les événements au lendemain d'un premier tour historique.

  • Selon les résultats définitifs  du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Macron (23,86 %) et Marine Le Pen (21,43 %) s'affronteront au second tour de la présidentielle. Ils sont suivis par François Fillon, crédité de 19,94 % des voix et Jean-Luc Mélenchon, avec 19,62 % des suffrages.
     
  • François Fillon a reconnu sa défaite et a annoncé qu'il voterait pour Emmanuel Macron au second tour. Le candidat du PS, Benoît Hamon, a, lui aussi, appelé ses électeurs à donner leur vote au candidat d'En Marche !.
     
  • Jean-Luc Mélenchon, en revanche, n'a pas donné de consigne de vote. Il dit attendre les résultats d'une consultation des 450 000 inscrits de la France Insoumise. 
     
  • Près de 47 millions d'électeurs français étaient appelés aux urnes en métropole à l'occasion du premier tour de la presidentielle. Le taux de participation s'élève à 78,5 %, contre 79,5 % lors du premier tour du scrutin présidentiel de 2012.
  • Selon deux sondages publiés dimanche soir, Emmanuel Macron, qui entame une campagne d'entre-deux-tours centrée sur le rassemblement, s'imposerait avec 62 ou 64 % des voix le 7 mai.

Trois jours après l'attentat des Champs-Élysées, un important dispositif de sécurité a été mis en place.

En France métropolitaine, les bureaux de vote ont fermé à 19 heures, soit une heure plus tard que lors des dernières présidentielles. Ils sont restés ouverts jusqu'à 20 heures dans certaines grandes villes.

Selon les premières estimations de l'institut Ipsos , le candidat d'En Marche! se classe nettement en tête du scrutin de ce dimanche 23 avril aux alentours de 23,8% des voix. Un exploit pour l'ancien ministre de l'Economie qui se présente pour la toute première fois devant le suffrage universel et sans l'appui d'un des quatre principaux partis représentés au Parlement. Sauf surprise, celui-ci devrait bénéficier au second tour d'une vague de soutien émanant de la gauche et du centre-droit.

Sur fond de participation stable par rapport à 2012, Marine Le Pen améliore son score de près de 4 points (22%) et parvient, 15 ans après son père Jean-Marie, à se hisser au second tour. Si elle devrait pulvériser le record du FN en nombre de voix recueillies dans un scrutin présidentiel, ce résultat n'est qu'un demi-triomphe pour la candidate d'extrême droite, longtemps donnée en tête du premier tour par les enquêtes d'opinion. Une estimation, celle de Kantar Sofres pour TF1, donnent toutefois le candidat En Marche! et la présidente du FN à égalité à 23%.

·         Fillon et la droite en crise, Mélenchon déçu mais...

Mais sa déception n'est rien au regard de celle de François Fillon. Le vainqueur de la primaire LR, sèchement éliminé au premier tour avec un score aux alentours de 19-20% des voix, était il y a encore cinq mois le grand favori de ce scrutin. Jusqu'à ce que n'éclate le scandale des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants qui l'a précipité en-dessous de la barre des 20%. Selon les instituts, il n'est pas certain que François Fillon finirait devant Jean-Luc Mélenchon.

·         Sa défaite, associée à la victoire du jeune ancien banquier d'affaires pourrait précipiter une grave crise au sein du parti Les Républicains, où beaucoup n'ont pas digéré le maintien de l'ancien premier ministre malgré ses déboires judiciaires. Ce contexte ne devrait pas s'apaiser avec l'épineuse question d'un appel à voter Macron au second tour. Si la droite républicaine a toujours laissé entendre qu'elle appellerait à faire barrage au Front national, la décision demeure délicate dans un parti profondément divisé sur la question européenne.

·         Pour Jean-Luc Mélenchon, le résultat de ce dimanche (autour de 18-19% des voix) est lui aussi cruel. Auteur d'une campagne dynamique et innovante, le chef de file de La France Insoumise améliore de 7 points son score de 2012 mais échoue à se qualifier comme il pouvait l'espérer au second tour. Ce score plus qu'honorable, associé à l'effondrement d'un Parti socialiste écartelé entre Macron et lui, peut toutefois lui permettre de poser les jalons du vaste mouvement citoyen qu'il a d'ores et déjà constitué. Le suspense quant à ses consignes de vote ne devrait toutefois pas être levé dès ce dimanche soir. Une consultation des sympathisants de la France insoumise pourrait être lancée pour déterminer quel sera leur vote le 7 mai prochain.

·         Le Parti socialiste de Hamon au fond du trou

Pour Benoît Hamon, a surprise tant espérée n'a pas eu lieu. Victime des divisions de son parti et du vote utile, pour une fois favorable à Jean-Luc Mélenchon, le député des Yvelines réalise le plus mauvais score (aux alentours de 6,5%) jamais obtenu par un candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle. Bousculé y compris dans les bastions ultramarins du PS où François Hollande avait dépassé les 50% au premier tour, Benoît Hamon se voit désormais contraint de reconnaître sa défaite tout en préparant la suite.

Car nul doute que son grand rival Manuel Valls cherchera à profiter de cette déculottée pour se positionner dans l'hypothétique majorité que cherchera à constituer Emmanuel Macron s'il l'emporte.

Toutes estimations confondues, Emmanuel Macron obtiendrait entre 23% et 24%, Marine Le Pen entre 21,6% et 23%, devant Jean-Luc Mélenchon entre 19,5% et 20%, François Fillon entre 19% et 20,3%, Benoît Hamon entre 6,1% et 7%, Nicolas Dupont-Aignan entre 4,6% et 5%. Aucun autre candidat n'atteint la barre des 5%.(médias)

 

Actualité
Gauche et droite laminées

Législatives françaises : la République en marche d’Emmanuel Macron remporte la majorité absolue

Auteur: La rédaction publié le 19 juin 2017 - 00:24 - Politique
Actualité
Ou est passée la notion de contrôle?

Cela se passe en Algérie :un ministre repris de justice !!!Quelle honte.

Auteur: Dahmane Chenouf publié le 28 mai 2017 - 17:08 - Politique
Actualité
Nouvelles nominations

Algérie: Membres du gouvernement Tebboune. Gaid Salah maintenu, Messahel ministre des Affaires Etrangères

Auteur: La rédaction publié le 25 mai 2017 - 14:09 - Politique
Actualité
Nouvelle nomination

Le président de la République, nomme M. Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre, en remplacement de M. Abdelmalek Sellal

Auteur: La rédaction publié le 24 mai 2017 - 14:08 - Politique
Editorial
Il en rêve depuis longtemps

Chakib Khelil Président de la République,pourquoi pas ?

Auteur: Dahmane Chenouf publié le 24 mai 2017 - 11:15 - Politique
Actualité
Le système politique recycle dans la naphtaline

Said Bouhadja, vieux routier du FLN, élu président de l'APN.

Auteur: La rédaction publié le 23 mai 2017 - 21:16 - Politique
Actualité
2ème tour de la présidentielle française

Emmanuel Macron bat Marine Le Pen 66,10% contre 33,90%.A 39ans( !), il devient le huitième président de la Ve République française.

Auteur: La rédaction publié le 7 mai 2017 - 20:57 - Politique
Actualité
Morosité electorale

Le Monde Afrique. Législatives en Algérie : le pouvoir se conforte mais ne convainc pas

Auteur: La rédaction publié le 6 mai 2017 - 09:19 - Politique
Actualité
Les citoyens ont boudé les législatives

Législatives 2017.Le FLN (évidement) avec 164 sièges, le RND avec 97 sièges ;38,25% des algériens ont voté

Auteur: La rédaction publié le 5 mai 2017 - 12:47 - Politique
Actualité
L'extrème droite gagne des points

Le Front National monte, monte, monte dans les sondages

Auteur: La rédaction publié le 28 avr 2017 - 06:34 - Politique
Actualité
Legislatives 2017

Louisa Hanoune veut taxer les grosses fortunes«Riche,payez au moins vos impôts ! »

Auteur: La rédaction publié le 20 avr 2017 - 10:48 - Politique
Actualité
Elections incertaines

Présidentielles françaises. Un quatuor pour la course à l’Elysée

Auteur: La rédaction publié le 10 avr 2017 - 20:47 - Politique