Bévues policières sur fond de crise economique

Décès du marchand de poisson marocain à El Hoceima.Le Maroc sur un volcan.Le Roi embarrassé

Publié le 31 oct 2016 - 14:13 | Auteur: Kheiro.D | Actualités

L’étincelle du printemps arabe pourrait bien être allumée au Maroc. Les signes avant-coureurs de ce scénario survenu dans les pays du Maghreb semblent se répéter du côté du royaume Chérifien. Un marchand de poisson a été broyé par une benne à ordure le 28 octobre à el Hoceima. Une vague d’indignation immense s’est emparée du peuple Marocain qui a manifesté dans plusieurs villes du pays.

En effet, le jeune de 31 ans a été broyé par une benne à ordure après la confiscation de sa marchandise par la police. Toutefois, les circonstances exactes de la mort du jeune homme restent à établir.

Selon l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), des policiers ont confisqué et voulu  détruire une partie de sa marchandise. Il s’agissait de plusieurs caisses d’espadon, une espèce dont la pêche est actuellement interdite. En voulant  essayer de récupérer les poissons, l’homme est tombé dans la benne à ordure, où il a été broyé.

 

Colère des habitants

Colère des habitants 

Les circonstances effroyables de sa mort, filmée sur un téléphone portable et ayant circulé sur les  réseaux sociaux, ont choqué la population. Une photo de la victime inanimée, la tête et un bras dépassant du mécanisme de compactage, a été largement diffusée.

Les funérailles de l’homme ont eu lieu, dimanche 30 octobre, à El-Hoceima, ville de la région du Rif où il est mort vendredi soir. Plusieurs milliers de personnes y ont participé, dans le calme.

Des marcheurs brandissaient en tête du cortège un drapeau berbère, rendant hommage au « martyr Mouhcine » et exigeant « la vérité ».

La dépouille a été inhumée vers 16 heures, au terme d’une marche de plusieurs heures qui s’est déroulée sans incidents, selon des témoins. De son côté, l’agence Reuters rapporte le témoignage d’Houssine Lmrabet, un militant de la ville d’Imzouren où des milliers de personnes ont participé aux funérailles de la victime : « Je n’avais jamais vu une telle foule au cours des dernières années, au moins depuis 2011 ».

Le soir même, des milliers de personnes se sont de nouveau rassemblées, cette fois dans le centre d’El-Hoceima.

Des manifestations de moindre ampleur ont eu lieu dans plusieurs autres villes du Rif, mais aussi – fait peu ordinaire – à Casablanca, Marrakech et Rabat, où plus d’un millier de personnes ont défilé au cri de « Nous sommes tous Mouhcine ! », brandissant la  photo de la victime ou une pancarte provocatrice « Bienvenue à la COP22, ici on broie les gens ».

Dans l’embarras, le Palais tente tant bien que mal de calmé le jeu

Pour  tenter  de  calmer la situation, le roi Mohamed VI a demandé au ministre de l’intérieur, Mohammed Hassad, de se  rendre  chez la  famille  de la victime pour lui « « présenter les condoléances et la compassion du souverain ». Le roi a donné des instructions « pour qu’une enquête minutieuse et approfondie soit diligentée et pour que des poursuites soient engagées contre quiconque dont la responsabilité serait établie dans cet incident », selon le ministère. L’enquête sera diligentée par la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ).

M. Hassad a promis que « toutes les défaillances » de la part de la police«seront sévèrement sanctionnées par la  justice ». Il a donné des précisions sur ce que les autorités savent déjà :

« Ce dont on est sûr est que la personne concernée a quitté le port dans une  voiture avec quelqu’un d’autre, et a refusé de s’arrêter à un contrôle de police. L’alerte a été donnée, le véhicule a été intercepté, avec à son bord une quantité importante d’espadon, une espèce interdite à la pêche. Le procureur a été informé et la décision a été prise de détruire la marchandise illégale. Toutes les questions se posent après ça. Qui a pris la décision de le  faire le soir même, comment la benne a-t-elle pu se déclencher… c’est à toutes ces questions que l’enquête du procureur doit  répondre. »

Les partis s’expriment

A la suite de cette affaire, plusieurs partis politiques ont pondu des communiqués à propos du drame. Premier à réagir le PAM (Parti authenticité et modernité), qui a qualifié la mort de MouhcineFikri de « tragédie », dénonçant « le traitement dégradant » qu’il a subi et appelant à l’ouverture d’une « enquête approfondie (…) suivie de sanctions contre les responsables ». Le parti d’IlyassElomari va même plus loin, appelant ses militants « à s’engager dans toute forme de militantisme légitime contre l’injustice et pour la défense de la dignité des citoyens ».

Le discours est tout autre du côté du PJD, qui a appelé à la retenue  par la voix de son secrétaire général, AbdelilahBenkirane. Tout en exprimant ses « regrets concernant l’accident regrettable du décès (de MouhcineFikri) », le parti appelle ses membres et sympathisants à ne pas répondre « de quelque manière que ce soit aux appels à manifester ». Selon Alyaoum24, AbdelilahBenkirane a contacté au téléphone la famille de la victime, pour exprimer ses condoléances.

 

Longue procession

Longue procession, 

Les islamistes d’Al AdlWalIhssane (interdite, mais tolérée) n’ont pas pour l’heure émis de communiqué pour livrer leurs positions officielles, mais ont relayé sur leur site internet les appels à manifester dans plusieurs villes. Leur section locale à Al Hoceima a constitué un comité pour suivre l’affaire.

Pour rappel, La ville côtière d’Al-Hoceima, comptant environ 55 000 habitants, fut le cœur de la révolte contre le colonisateur espagnol dans les années 1920, puis le théâtre d’une insurrection populaire en 1958.

Longtemps délaissée sous le règne d’Hassan II, la région du Rif a une réputation de frondeuse et entretient des relations difficiles avec le  pouvoir central. Elle fut aussi l’un des principaux foyers de la contestation lors du mouvement du 20-Février, la version marocaine des Printemps arabes en 2011.

 

 

 

 

 

Actualité
Referendum

Les électeurs mauritaniens ont voté « oui » à 85 %. « OK » pour supprimer le Senat et changer le drapeau national.

Auteur: La rédaction publié le 8 aoû 2017 - 11:22 - Maghreb
Actualité
Equilibre régional

La France prend en main le dossier Libyen pour se rachèter de ce conflit épineux

Auteur: La rédaction publié le 24 juil 2017 - 23:00 - Maghreb
Actualité
Sur fond de tension entre Alger et Rabat

Premier déplacement du président français Macron au Maghreb :commençons par le Maroc .

Auteur: La rédaction publié le 14 juin 2017 - 12:37 - Maghreb
Actualité
Journées économiques et culturelles

Conférence de presse le 22 mars autour du partenariat stratégique Algérie-Tunisie.

Auteur: Dahmane Chenouf publié le 20 mar 2017 - 20:52 - Maghreb
Actualité
Autodetermination

41ème anniversaire de la naissance de la RASD.Bouteflika félicite le président sahraoui Brahim Ghali

Auteur: La rédaction publié le 26 fév 2017 - 13:43 - Maghreb
Actualité
Lobbying royal

Mohamed VI assouplit sa politique migratoire

Auteur: La rédaction publié le 24 déc 2016 - 10:41 - Maghreb
Actualité
Concussion, prévarication

Tunisie .Tragédie du gouvernement : ravage de la corruption dans une administration rebelle

Auteur: La rédaction publié le 17 déc 2016 - 18:17 - Maghreb
Actualité
La diplomatie contre l'entêtement

Le diplomate Lakhdar Brahimi appelle à l’ouverture des frontières Algéro-Marocaines

Auteur: La rédaction publié le 12 déc 2016 - 19:54 - Maghreb
Actualité
Investissement au Maghreb

La France va «soutenir» la Tunisie à hauteur de 25O millions d’Euros/an et le Qatar booster l'économie tunisienne pour 1,25 milliard de dollars

Auteur: La rédaction publié le 30 nov 2016 - 13:16 - Maghreb
Actualité
Les roitelets du golf baissent pavillon

En raison de la participation d’une délégation de la RASD,les délégations marocaine,saoudienne et émiratie annoncent leur retrait du 4e Sommet arabo-africain

Auteur: La rédaction publié le 23 nov 2016 - 19:51 - Maghreb
Actualité
Le Maroc se rapproche d'Israel

Mémoire juive.Les Archives du Maroc et le Mémorial de la Shoah ont signé à Rabat une convention de coopération

Auteur: La rédaction publié le 14 nov 2016 - 21:23 - Maghreb
Actualité
L'anarchie bloque les pays du Maghreb

En Tunisie, la démocratie commence à rimer avec anarchie* Par le Dr Sami El Mekki, Médecin pneumologue.

Auteur: La rédaction publié le 12 oct 2016 - 12:43 - Maghreb