Crise politique

La RPD du Congo ne pourra pas organiser de scrutin pour remplacer le président Kabila

Publié le 12 oct 2017 - 16:03 | Auteur: La rédaction | Actualités

La RD Congo ne pourra pas organiser de scrutin pour remplacer le président Joseph Kabila avant "504" jours, soit début 2019, a annoncé mercredi 11octobre la commission électorale, alors qu'un vote était prévu en 2017. L’ONU craint une aggravation de la crise.

Une déclaration qui enterre définitivement l'accord entre le pouvoir et l'opposition du 31 décembre 2016. Près de trois semaines après la promesse de la tenue d’élections, les organisateurs de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo ont annoncé, le 10 octobre, que le scrutin n’aurait pas lieu avant 2019.

Discrètement publiée dans une des dépêches quasi-quotidiennes de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), cette annonce intervient au moment où l'ONU s'inquiétait d'une aggravation des crises politiques, sécuritaires et humanitaires dans ce pays-continent d'Afrique centrale.

Recensement toujours pas achevé

Il fallait lire très attentivement le texte pour y dénicher l’information : “La Ceni a besoin de 504 jours après la fin de l'enrôlement (recensement, NDLR) pour arriver au jour de scrutin", est-il écrit au milieu du texte.

Ce recensement étant encore en cours pendant plusieurs semaines dans les régions du Kasaï (centre), théatre de violences, la Ceni affirme donc qu'il n'y aura pas d'élection avant le premier trimestre 2019 et que le président Jospeh Kabila peut se maintenir au pouvoir jusqu'à cette date. Son second et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016 et la Constitution ne lui permet pas de se représenter.

Cette déclaration enterre définitivement l'accord entre le pouvoir et l'opposition du 31 décembre 2016. Conclu sous l'égide de l'Église catholique, le texte prévoyait des élections présidentielle, législatives et locales au plus tard fin 2017. Cet accord dit de la Saint-Sylvestre avait été conclu pour éviter de nouvelles violences après le maintien au pouvoir du président Kabila.

Appels à “une transition sans Kabila”

"Il n'y a plus à attendre. Congolais, la force de la rue, c'est maintenant...ou jamais", a réagi mercredi sur Twitter le mouvement Lutte pour le changement (Lucha).

M. Tshisekedi et un autre opposant, Moïse Katumbi, demandent "une transition sans Kabila" après le 31 décembre 2017, "conduite par des personnalités consensuelles chargées de préparer les élections".

Plus de 8 millions de personnes en détresse humanitaire

Mercredi, à New York, le Conseil de sécurité des Nations unies tenait une réunion sur la RDC, en présence du représentant de l'ONU à Kinshasa, Maman Sidikou. Crise politique, sécuritaire, humanitaire : ce dernier a dressé un tableau sombre de la situation dans ce pays géant d'Afrique centrale (2,3 millions de km2, deux fuseaux horaires, au moins 70 millions d'habitants, neuf frontières).

M. Sidikou s'est aussi inquiété de "la dégradation de la situation humanitaire": "Nous comptons environ 8,5 millions de personnes - y compris 5,5 millions d'enfants - ayant actuellement besoin d'assistance humanitaire. Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du territoire a atteint 3,8 millions de personnes, et plus de 621 000 Congolais ont cherché refuge" dans les pays voisins. AFP

 

Actualité
Election présidentielle

le Parlement kényan a voté un amendement facilitant la réélection du président

Auteur: La rédaction publié le 11 oct 2017 - 14:30 - Afrique
Actualité
Quel contrôle?

Présidentielle invalidée au Kenya : la faillite des observateurs internationaux

Auteur: La rédaction publié le 2 sep 2017 - 22:31 - Afrique
Actualité
Drame de la faim

46 morts en Ethiopie à cause d’un immense éboulement dans une décharge

Auteur: La rédaction publié le 12 mar 2017 - 21:39 - Afrique
Actualité
Misère cachée

Dadaab au Kenya. Au coeur du plus grand centre de refugiées au monde

Auteur: La rédaction publié le 9 fév 2017 - 20:55 - Afrique
Actualité
Intangibilité des frontières

La Zambie exprime son souhait que les frontières du Sahara occidental soient « respectées »et que le Maroc«ne perde pas de vue que ce pays est membre de l'Union africaine».

Auteur: La rédaction publié le 9 fév 2017 - 08:43 - Afrique
Actualité
Elections présidentielles

Somalie.L’ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président de la République dans un pays anémié

Auteur: La rédaction publié le 8 fév 2017 - 20:47 - Afrique
Dossier
L'Afrique malade de ses gouvernants

Somalie .275 députés et 72 sénateurs doivent désigner le futur chef d’État dans le pays le plus corrompu au monde

Auteur: La rédaction publié le 6 fév 2017 - 14:21 - Afrique
Actualité
Une icone de l'opposition disparait

RD Congo. Allié du dictateur Mobutu , puis opposant, Étienne Tshisekedi est décédé à 84 ans.

Auteur: La rédaction publié le 2 fév 2017 - 09:39 - Afrique
Actualité
Retour à l'Union Africaine

Le Maroc réintégre l'Union africaine,33 ans après l'avoir quitté en raison de son désaccord sur le dossier du Sahara occidental.

Auteur: La rédaction publié le 30 jan 2017 - 19:26 - Afrique
Actualité
Revitalisation des structures

Le Guinéen, Alpha Condé, élu président de l’Union africaine et le tchadien Moussa Faki Mahamat élu président de la Commission

Auteur: La rédaction publié le 30 jan 2017 - 18:08 - Afrique
Dossier
22 ans de règne absolu et de corruption

Yahya Jammeh : «Babili Mansa » (roi qui défie les rivières) a fait main basse sur toutes les ressources de la Gambie.

Auteur: La rédaction publié le 28 jan 2017 - 11:40 - Afrique
Actualité
Le Maghreb malade de ses politiques

La Tunisie fête les six ans de sa révolution sur fond de contestation sociale

Auteur: La rédaction publié le 15 jan 2017 - 11:49 - Afrique